I'm Back (+ Song to Song)

Publié le par Corbeau Moqueur

Bon je le dis tout de suite, ce n'est absolument pas représentatif de mon espace de travail, déjà parce que c'est pas ma photo, mais elle était sympa donc je l'ai prise, ensuite parce qu'il y a un Macbook, c'est cher ces machins et la qualité décroit chaque année, sérieusement comment les gens peuvent penser claquer du blé dans un truc pareil et puis pourquoi vous continuez à lire et déjà pourquoi vous lisez ça, c'est long donc c'est bien et ça fait tout de suite important c'est ça et puis en fait qu'est ce que j'en ai à cirer de tous ça, l'image elle vient de Pixabay, elle est aware et ça claque dans la miniature, voilà tout.

Bon je le dis tout de suite, ce n'est absolument pas représentatif de mon espace de travail, déjà parce que c'est pas ma photo, mais elle était sympa donc je l'ai prise, ensuite parce qu'il y a un Macbook, c'est cher ces machins et la qualité décroit chaque année, sérieusement comment les gens peuvent penser claquer du blé dans un truc pareil et puis pourquoi vous continuez à lire et déjà pourquoi vous lisez ça, c'est long donc c'est bien et ça fait tout de suite important c'est ça et puis en fait qu'est ce que j'en ai à cirer de tous ça, l'image elle vient de Pixabay, elle est aware et ça claque dans la miniature, voilà tout.

Comme on dit, mieux vaut tard que jamais et en l'occurrence pile à temps pour Baby Driver. Mon dernier article date du... 8 juin... en effet il était temps que je fasse quelque chose, pour peu que vous en ayez quelque chose à foutre de moi, dans la mesure où si je regarde bien... les chiffres de fréquentation n'ont que peu bougé.

...

C'est un peu... inattendu pour ne pas dire froissant, mais c'est la vie et la vie j'ai pas l'intention de la laisser filer, d'où mon absence prolonger. Entre Wonder Woman et maintenant il y a eu le Hellfest (et c'était indescriptiblement cool, malgré la chaleur), mon disque dur externe qui a lâché, puis mon OS (W8.1 ciao) et enfin mon disque dur interne (vive HP) et le compte est bon. Maintenant, mon PC est de retour mais sous Ubuntu (j'ai d'ailleurs des micro coupures désagréables dans le son qui m'énervent) et je peux à nouveau faire les choses (oui, parce que sur tablette c'était tellement laborieux que deux-trois articles sont partis dans le néant.

Dans tous les cas, je vais reprendre le fil des choses et, comme l'an passé dans peu ou prou la même période en profiter pour préciser quelques trucs. L'an prochain je ne suis plus à Rennes pour différentes raison (surtout professionnelles en fait), du coup le ciné ce sera un peu chaud de s'y rendre sur un coup de tête (surtout quand on a pas le permis et que c'est à 10 km). De ce fait, le fond va un peu changer, ce qui n'est finalement pas pour un mal, puisqu'on parlera surtout Série (vive Netflix), Musique et grosses sorties.

Mais pour l'heure, on va rester concentrer sur les petites productions et surtout celle(s) qui veule(nt) se donner un genre sans y parvenir et la cible du jour c'est Song to Song qui va en prendre plein la poire pour m'avoir fait perdre 2h15 de ma vie dans une salle suffocante. Réalisé par Terrence Malick et vendu par certaines critiques et/ou sites comme étant une comédie musicale à cause de la présence de Ryan Gosling, j'ai cherché à trouver un intérêt à ce bidule pendant que ma patience s'amenuisait dangereusement, avant de simplement constater que c'était juste un truc prétentieux.

Vanina ah ah ah ah, vanina ah... ah non ? Ah oui c'est vrai la version française n'est qu'une reprise, pas de chance pour Dave.

En grande partie vendue pour son casting (et en particulier la fixette des gens sur Ryan Gosling), il n'y a pas grand chose à retenir de ce film qui se définit comme une "romance moderne" filmé caméra sur l'épaule ou tout du moins de manière faussement amateure (la photo est plutôt top) et monté par un déséquilibré pithiatique. Si on ajoute le fait que le casting donne l'impression de pas trop savoir où se placer, que la musique est au fraise et que la "trame" traîne sur toute son interminable longueur et bien oui, on obtient un truc dont on pourrait se passer, comme l'ont attester les nombreux soupirs de soulagement en fin de séance. 

J'aurai certainement pu me concentrer sur Spider Man Homecoming, mais... non, non ce sera dans un truc bien propre comme il se doit parce qu'il y a pas mal de choses à dire sur... cette absurdité. Là ce soir je ne vis que pour Baby Driver et le visionnage constituera le summum de ma journée, pour ne pas dire de la semaine. Sur ce, ciao.

Commenter cet article