Alien Covenant (Chez Weyland Corp, trois de Q.I. suffisent !)

Publié le par Corbeau Moqueur

Oh la belle affiche que voilà ! Très représentative des idées du film, mais absolument pas de sa qualité

Oh la belle affiche que voilà ! Très représentative des idées du film, mais absolument pas de sa qualité

2104, 10 après les événements de Prometheus, l'équipage succint du vaisseau Covenant transportant son lot de colons et d'embryons, est réveillé en fanfare et perd son commandant. Par ailleurs, ils ont tôt fait de capter un SOS depuis une planète inconnu, mais non moins prometteuse pour l'avenir de la race humaine. Ni une, ni deux, le nouveau commandant, qui transpire l'incompétence par tous les orifices, décide d'y faire un petit un petit tour et ce, malgré la vive opposition de son second (en l'occurrence l'épouse du défunt commandant, donc vous voyez le genre). Un petit amerrissage plus tard, suivit d'une rando dans la cambrousse et les voilà tous dans la merde.

En grande partie à cause des réflexes proprement hallucinant de la part de l'équipage (la crème de la crème de la NASA), des fruits noirâtres dégageant des spores douteux reposent sur un rocher ? Pas de souci, on peut les prendre à mains nus pour mieux les sentir. La planète est trop silencieuse ? Rien à foutre. Le SOS vient de 8 km en hauteur et si on prenait le vaisseau pour aller plus v... La ferme Monique, on y va à pied, histoire de maximiser les chances de faire une connerie. OK, moi je vais pisser et tiens, je vais m'allumer une clope en plein milieu de la forêt tout en piétinant ces drôles de fruits noirâtres...

Ce film m'a énervé, vraiment. Si j'avais pu me bouffer la main et le bras sans douleur, ni conséquence aucune, je l'aurai fait sans hésiter. Franchement, qu'est ce qui s'est passé ?! Un Alien, ça ?! C'est une blague, dites moi que je rêve. Malheureusement non, pour tout dire je ressors de la séance il y a quelques instants, aux côtés de fans délicieusement aux anges ou d'individus apathiques et je suis le seul à visiblement m'être senti aussi énervé durant la projection. Tout n'est pas à jeter, oh ça non, visuellement Ridley Scott a renoué avec les origines et, à bien des égards, la réalisation est maîtrisée. Artistiquement c'est Alien, musicalement aussi d'ailleurs, même si le thème de Prometheus fait une courte apparition parachevant ainsi une histoire brusquement interrompu quelques années plus tôt.

Finalement la B.A. n'est pas du tout représentative du film... fait chier.

Mais surtout, au niveau des qualités, on a les superbes origines du sacro-saint Xénomorphe (et avant lui du Néomorphe), qui forcent le respect et induisent nombre de thématiques hyper-intéressante, à l'impact philosophico-scientifique percutant. En un sens j'ai eu ce que je voulais à ce niveau, en plus c'est la grande force du film à ce niveau là. Le dénouement de l'épisode Prometheus suit le même sentier et si les nombreuses (et lourdaudes) références religieuses sont assez agaçantes, on a au moins quelque chose qui donne un semblant de consistance à l'emballage. Parce que tout ça est desservi par des ficelles scénaristiques proprement navrantes, mais à un point que s'en est sidérant.

Je me suis d'ailleurs demandé au bout d'un moment si j'étais pas en train de rêver et que peut-être j'allais me réveiller à l'instant où les premières notes du thème allait traverser l'écran, mais non rien à ce niveau là. Hum, hum, peut-être que Ford Perfect va débouler et nous avertir d'une destruction imminente du scénario de la planète et partit dans un canari spatial avec Arthur Dent... non, apparemment pas... 42 ? Alien Covenant est un best-of de tout ce qu'il faut plus faire dans un film de S-F horrifique à l'heure actuelle et puisque j'ai pu entendre quelques rires dans la salles ici et là, je ne suis à mon humble avis (mais non moins tranché) pas le seul à penser de la sorte.

Si les acteurs sont tous bons avec une mention très spécial pour Michael Fassbender, la star du film (Katherine Waterston peut aller se rhabiller et retourner faire la godiche chez J.K. Rowling), leurs personnages recyclent tous les clichés possibles sans aucune retenu (le Texan, amateur de country avec son chapeau de cow-boy, sérieusement ? C'est tout juste si le noir allait pas se mettre à écouter du Bob Marley en fumant de la weed). Sans compter que leurs réactions sont toutes plus terribles (au sens propre) les unes que les autres, la magouille pour les clouer sur la planète m'a littéralement scotché (je me demande au final si le ridicule n'était pas voulu).

Le bestiaire est sympa, mais expédié
Le bestiaire est sympa, mais expédié

Le bestiaire est sympa, mais expédié

L'intrigue est cousue de gros fils blancs, de dialogues explicatifs à outrance et de ficelles scénaristiques prévisibles mille lieux à la ronde, pourtant on nous les assène comme des coups de triques. Mais WTF quoi ! C'était censé renouer avec les origines, pas faire du recyclage à la nitro (c'est ça le cinéma responsable, on gaspille pas d'énergie à faire quelque chose de nouveau, on repompe sur tout ce qui bouge). A cela vient s'ajouter une ambiance foireuse, un Xénomorphe (certes très bien fait) complètement expédié (exit la menace permanente de la créature dans Alien 1 et 3, à la place du gore et quelques pirouettes) et un final prévisible au bout d'1h15 montre en main.

Non d'un p***, mon attente n°1 vole complètement en éclat avec un tel résultat. Alors oui, Alien Covenant est la claque de cette première moitié de l'année... mais dans le mauvais sens du terme. Après ce n'est pas le pire film de la saga comme j'ai pu le lire ici (pute à cliiiick, el viva !), mais il est indubitablement en-dessous de la saga qu'il tente péniblement d'introduire (c'est con) et le poids de l'héritage aide encore moins (c'est doublement con). Déception, ça oui, mais je pensais pas autant être énervé en regardant ces deux heures interminables qui constituaient le film. A moins d'être fan, au point d'être prêt à fermer les yeux sur le traitement scénaristiques aussi léger que la cuisse de la Mère Michelle, vous pouvez passer votre chemin, ce que évidemment vous ne ferez pas. Par contre si vous voulez voir (et lire) un truc sympa sur Alien, il y a ça et ce sera le lien de la fin, ou je vais salement dégommer ce film.

Publié dans le coffre à bobines, Films

Commenter cet article