Il a déjà tes yeux (les français sont racistes... et c'est vrai)

Publié le par Corbeau Moqueur

Il a déjà tes yeux (les français sont racistes... et c'est vrai)

Paul et Sali sont mariés, ils s'aiment et viennent tout juste d'ouvrir leur boutique florale. Seule ombre au tableau, ils ne peuvent avoir d'enfant, mais sont déterminés à en adopter un. Dix minutes de film plus tard les voilà avec Benjamin, un charmant bambin de 6 mois, blond aux yeux bleus. Une adoption qui fait grincer des dents Mme Mallet, leur diabolique assistante sociale, attendri Michel Jonasz, surprend Manu/Zlatane et donne des bouffées de chaleur aux Weather Girls. Parce que oui, en France, des blancs qui adoptent un noir c'est considéré comme normal, mais des noirs qui adoptent un blanc c'est plutôt une blague du 1er Avril.

Petite surprise que cette comédie sociale, bien jouée et pleine de bon sentiments. Si le pitch de départ (et la B.A.) pouvaient laisser présager un film français farcesque ou une satyre assassine de notre "charmante" société, c'est mal connaître son réalisateur et acteur principal, qui se contente de toucher plus que de frapper là où ça fait mal (Dieumerci, Pourquoi nous détestent-ils ?). Bien qu'on tente de nous inculquer que le racisme et la France soient des notions antinomiques, la réalité (et particulièrement celle des ces dernières années) nous a surtout montré le contraire, auxquelles peut venir s'ajouter l'homophobie. C'est d'ailleurs pour ça que l'assistante sociale hyper-conservatrice est présentée comme un seigneur Sith, avec des gros plans en contre-plongée et une musique de serial killer à chacune de ses apparitions

Mais non c'est de mauvaise foi voyons, tout le monde sait aussi que les flics sont très ouverts vis-à-vis de la populace non-caucasienne (terme utilisé dans le film) et n'iraient jamais leur demander leur papier à la première occasion. Non, tout le monde sait que c'est des conneries bien sûr, de même qu'on ne juge certainement pas les gens sur les apparences dans un pays dont la liberté fait partie des valeurs clefs. Ha ha ha, sérieusement, la France est en grande partie un pays raciste, faut vraiment être ahuri pour pas le voir. Le film traite cette thématique à travers une comédie débordante d'énergie et le vivre ensemble. Inscrit davantage dans la lignée d'un Bienvenue à Marly-Gomontque d'un ZootopieIl a déjà tes yeux possède une mise en scène bien plus maîtrisée que le premier et des dialogues, une fois n'est pas coutume, originaux.

Sans compter que c'est bien joué, peut-être pas subtilement, mais la direction est bonne (Vincent Elbaz est en roue libre), on retrouve au passage quelques figures que Lucien Jean-Baptiste a déjà cotoyé : Michel Jonasz en tête, mais aussi Delphine Theodore et Marie-Sonha Condé. L'équilibre entre la satyre, la comédie et le mélodrame est juste, si l'on ferme les yeux sur l'ultime séquence aussi légère qu'un plat alsacien du réveillon (ou un film de Nicolas Benamou, selon). En fait c'est même surprenamment bien, le film est beau sans être niais, tolérant sans pour autant être moralisateur et doté d'un vrai message ce qui est bien trop rare dans ce genre cinématographique.

Au demeurant le métrage n'est pas non plus exempt de défauts, quelques facilités d'écriture, certains gags lourds et/ou éculés (cf. la couche) et certaines séquences sont justes assez longuettes pour qu'on s'interroge sur la légitimité de leur présence (cf. la plage). D'autre part le ressort comique semble se dilater dans la dernière demi-heure, ce qui a visiblement justifié la séquence WTF de l'hôpital et permettre un happy ending, qui aurait pu être assommant sans sa dernière réplique. Mais pour rester aussi tolérant que le film, je me contenterai donc de dire que c'est une bonne comédie française (ô joie !), on passe un bon moment et l'on en ressort de très bonne humeur.

Il a déjà tes yeux (les français sont racistes... et c'est vrai)
Il a déjà tes yeux (les français sont racistes... et c'est vrai)
Il a déjà tes yeux (les français sont racistes... et c'est vrai)

Publié dans Films, le coffre à bobines

Commenter cet article