Vaiana, la légende du bout du monde (Hé, Ouh, Shou, Ah, Yah, Hey, Ha, Rhi, Hell ! Haka !)

Publié le par Corbeau Moqueur

Vaiana, la légende du bout du monde (Hé, Ouh, Shou, Ah, Yah, Hey, Ha, Rhi, Hell ! Haka !)

Vaiana est une héroïne archétypale de Disney vivant sur une petite île polynésienne avec son cochon, son coq et son clan. Bien que destinée à devenir chef (fille à papa conservateur oblige), la Mary Sue ne rêve que d'une chose : aller au-delà du récif et découvrir le vaste monde. Et ça tombe bien parce que l'océan l'a choisi pour aller remettre le coeur de la vie dans le bide de la déesse qui se l'ait fait "voler" par Maui, un demi-dieu à la chevelure soyeuse avec un menton beaucoup trop large et un groin planté au milieu du visage. Personnage éminemment ronchon qu'elle va, il va de soi, rencontrer et soudoyer pour l'aider dans sa quête. C'est dès lors le début d'un voyage initiatique mélodieux, coloré et pas du tout cliché dans le cinéma familial.

Il avait intérêt à être bien ce Vaiana. Depuis Février on nous le teasait au cinéma et le film a eut droit à une kyrielle de placements de produits et de dérives commerciales en tout genre. Donc il avait vraiment intérêt à être bien. Et il est bien... je suppose, parce que j'ai pas aimé. Alors oui, c'est très beau, coloré, bien doublé, le rythme est bon, mais ça reste un f*** Disney niais avec une animation en guimauve, où les personnages défient les lois de la physique dans leur moindre mouvement, un scénario flingué par des ficelles scénaristiques débiles, des incohérences à la pelle et des deus ex machina prévisibles pouvant presque faire pâlir Inferno. En même temps on demandait  pas du Final Fantasy XV et c'est à partir de 6 ans... mais même, Zootopie est passé par là.

Malgré la luxuriance des décors et le nombre de personnages à disposition, les seuls qui soient un tantinet développer sont seulement Maui (et encore) et Vaiana qui prend tout l'écran à la première occasion. Les personnages sont tous stéréotypés : le père coincé, la mère effacée, la grand-mère mystique, les figurants qui pêchent, qui cassent des noix de coco, l'héroïne Disney qu'on a déjà vu 100 fois, le macho (mais les ruptures du 4ème mur sont toujours sympas) et un crabe géant qui chante...  En plus, on nous a trompé sur la mascotte, plutôt que d'avoir un cochon, on a le coq arriéré de Hay Day ! 

Passé l'effet de surprise, c'est un peu la douche froide, les dialogues téléphonés et les blagues nulles se déversent sur le spectateur, noyant toutes les bonnes idées et la créativités, dans une mer de flemmardise. C'est pas tant que le film est mauvais, techniquement il est réussi, mais c'est du 100% Disney qui nous rabâche une formule éculée depuis des années et que franchement j'en ai marre de voir.

Le duo de choc en latex

Le duo de choc en latex

Fait intéressant, Vaiana semble avoir dépassé le succès de la Reine des Neiges avec laquelle, elle (Vaiana) partage pas mal de points commun. Si vous lisez ce blog depuis un moment, vous n'êtes pas sans savoir que je déteste la Reine des Neiges, sorte de summum de niaiserie au scénario abscons et à la logique absente, tartiné de chansons toute plus insupportable les unes que les autres. Entre nous Vaiana est meilleurs, ça fait pas un pli et ça aurait pu être encore mieux... sans les chansons... parce qu'il y a des chansons... et non, malgré la polynesian touch, je ne les ai pas aimé (en tout cas, je ne vais certainement pas l'admettre). Loin de dynamiser le film, elles tombent encore une fois comme un cheveu sur la soupe et sont juste un prétexte pour entendre Vaiana nous gueuler dessus.

- Je suis Vaianaaaaa
- Oh oui, ouh ! Ah !
- La mer m'appeeeeelleeeeuuuhh !
- Hey ! Ha !
- Elle est là, cette petiteuh voix, qui ne chante que pour moiiiiii !
- Aaahhh ! Hou !
- POUR MOOOOAAAAAAAA !

- Oh oui ! Hey ! Ouh ! Ha !
- JE SUIS VAIANAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAA !
- Ahouuu !
- AAAAAAAAAAAAAAAAAAHHHHH !
- ...
- GnyaaaaaAAAAAAAHHHHH !
- Vaiana ?
- GNYAAAAAAAAAAAAAAAAAAHHHHH !

- Allo le 911 ? C'est pour une crampe de la mâchoire... ou une crise d'hystérie.

A part la grand-mère (je sais pas qui est la doubleuse), les chanteurs sont bons, je suppose (même si Cerise Calixte ne semble pas avoir compris qu'entre chanter fort et gueuler, il y a une marge) et les chansons restent dans la tête (le bleu lumière, équivalent de Let it Go, nous est vissé de force dans le crâne). Il semble toutefois que depuis la Reine des sorbets, Disney ait compris que ça faisait too much et essaye de désamorcer les envolées lyriques des personnages (Maui le fait sur Vaiana une fois en haut d'un pic escarpé et c'est efficace). L'ennui c'est que ça suffit pas et que les personnages partent dans des tripes aux acides à plus d'une occasion.

Si vous voulez vous faire du mal... De toute façon elle revient trois fois dans le film !

Si j'avais pas aperçu le nom de Mark Mancina dans le générique, j'aurai dit que la bande son est signée Harry Gregson-William tant c'est du pompeux, bien efficace comme on l'aime. Toutefois c'est dans cet aspect que la polynesian touch et ses "hou ! ha !" fonctionnent. Que dire de plus si ce n'est que les personnages sont en latex et rappel les humains de Wall-E avec leur peau lisse (c'est l'eau de mer je suppose) et leurs gros doigts boudinés, que le message écologique aurait pu être plus discret (qui a dit Miyazaki ?) et qu'on a la perpétuelle impression d'osciller entre une pub de shampoing et une de lessive. Au final si c'est une jolie réussite technique, les plus jeunes embarqueront avec plaisir dans le voyage, mais la majorité des plus grands se contentera du rivage... surtout ceux qui n'apprécient pas Disney... je ne sous-entends rien... vraiment.

Commenter cet article

Bluedevil25 14/01/2017 19:50

J'ai vu le film récemment et j'ai pas vraiment aimé, mais j'ai pas détesté non plus. J'avais plutôt bien aimé la Reine des neiges (surtout pour les chansons) et j'ai pas retrouvé la même inspiration dans Vaiana, surtout comme tu le dis avec toute la richesse que procure les décors polynésiens. C'est assez plat (même si l'histoire est plus développé que la reine des neiges), c'est aussi très prévisible et les chansons sont fades, pour un peu on dirait surtout les singles commerciaux qui tournent sur les radios. Mais j'ai quand même bien aimé, c'est pas un chef d'oeuvre, mais c'est sympa.

Corbeau Moqueur 14/01/2017 20:06

C'est tout à ton honneur. J'ai quand même remarqué un truc à propos des chansons Disney et surtout celle des ses dernières années en fait, lorsqu'elles sont en VO c'est de la comédie musicale américaine telle qu'on l'entend avec la signature vocale si particulier du genre à mi-chemin entre le lyrique et la chanson populaire. Mais quand ça passe en français c'est tout simplement de la variété ou de la pop, en tout cas le genre de truc qu'on trouve aussi dans ce qu'on pense être des comédies musicales (qui sont en fait des spectacles musicaux cf. Notre Dame de Paris ou plus récemment les trois mousquetaires). Il suffit de comparer le Bleue lumière et How Far I'll Go (la version d'Auli'i Cravalho) pour comprendre... et voir aussi quel style est le plus adapté.

Louisa 26/12/2016 15:11

En ce qui me concerne, ce film vaut largement le détour ! Et pour cause, les graphismes et l’animation sont excellents, l’histoire est intéressante et les chansons sont entrainantes. J’ai adoré la petite Vaiana ; elle est très drôle et attachante.