Assassin's Creed (Ta gueule c'est pour l'argent !)

Publié le par Corbeau Moqueur

Assassin des templiers

Assassin des templiers

Callum Lynch, meurtrier sans histoire est sauvé de la peine de mort par l'Ordre des Templiers afin localiser la pomme d'Eve, disparue en Espagne au XVème siècle. Evidemment ces fanatiques n'ont pas pris le premier péquin venu, puisque Callum n'est rien de moins que le dernier descendant d'Aguilar, un membre de la société secrète des Assassins (Credo des Assassins). Grâce à une technologie bullshit qui libère la mémoire génétique, notre meurtrier agressif se retrouve projeté dans l'Inquisition espagnole, apprend en moins de deux les principes et compétences du Credo et en finit avec cette stupide pomme, pour commencer une nouvelle vie. Dans les grandes lignes c'est ça, parce que pour le reste je n'ai strictement - rien - compris.

Le scénario de cet Assassin's Creed est extrêmement confus et si alambiqué que s'en est même frustrant, dans la mesure où les scénaristes ont fait d'énormes efforts pour donner du relief à un jeu-vidéo aux mécaniques répétitives. La série de jeux-vidéo en elle-même n'a jamais vraiment brillé pour la profondeur de ses scénarios, mais là c'est complètement indigeste et le pire dans tout ça c'est que c'est bourré d'incohérences... partout. Dans le développement de l'intrigue, dans les twists, dans les bastons, dans l'infiltration... pratiquement rien ne tient la route. Pourtant ils ont vraiment essayé de faire un truc bien, l'esthétique a de la gueule et le film n'est pas une photocopie de l'un des Assassin's Creed, donc en un sens c'est une bonne adaptation. Reste que ce n'est tout simplement pas un bon film.

2016 aura quand même été une année où des efforts considérables ont été faits pour rompre avec la malédiction des jeux-vidéos transposés au cinéma. Certes, il y a quand même quelques réussites (Prince of Persia était très sympa), mais la majeure partie du temps le résultat est souvent désastreux. Warcraft et Assassin's Creed entre dans la deuxième catégorie. Ceci étant le film a le mérite d'être divertissant, malgré ses interminables dialogues de sourd et monologues scientifiques surréalistes, dès que la baston se rameute l'ambiance est survoltée. Les chorégraphies sont classes, à l'image de la série, les poursuites sont haletantes et l'ensemble est porté par une mise en scène de choix. Reste qu'on y perd en lisibilité (surtout avec les passages alternant hors et dans l'Animus) et surtout, bordel de merde, qui se bat contre qui ? La caméra survole des armées en train de se foncer dessus, mais à aucun moment le contexte historique nous est présenté clairement.

Et puis tant qu'à se pencher sur les incohérences, énormément d'éléments fondamentaux sont inexpliqués : comment les assassins ont hérité de la pomme ? Comment s'organisent-ils ? Idem pour les templiers et en plus à quoi servirait la pomme dans le passé ? Sans compter que les templiers en eux-mêmes n'ont aucune profondeur psychologique, autant dans les jeux les choses sont amenées et développées, autant ici c'est juste "conquérir le monde et le purifier". Ah oui, il y a également une dimension eugéniste portée par une Marion Cotillard qui s'est fait faucher son âme (en tout cas la VF la malmène dédaigneusement), qui considère que la violence est une maladie devant être éradiqué du globe. Pfft, autant virer l'amour tant qu'à faire, les grands crimes de guerre fait en son nom ne verront ainsi plus le jour. C'est nawak, mais vous savez ce qui l'est encore plus ? C'est que des scénaristes aient planché sur l'idée.

Dans la continuité, les retournement psychologiques des personnages n'ont absolument aucun sens (l'assassinat final est d'une rare stupidité) et la fin est carrément baclée. D'autre part, amoureux de l'Espagne et du Moyen-Age passez votre chemin, car le film se déroule essentiellement à notre époque ; voyons le film dure 2h et on compte seulement 30 minutes dans l'Animus. Le parti pris ici étant visiblement de s'interroger sur la violence en chaque être humain et si la prestation de Michael Fassbender est plus que convaincante (l'acteur arriverait même à nous vendre les aspects les plus douteux du scénario), le reste du casting peine à suivre.

La faute à une catastrophe d'écriture en matière de personnages, quelque part la scène du self totalement saugrenu et amphigourique résume presque à elle seule la totalité du scénario : y a des trucs qui se disent, on comprend rien et les personnages non plus, mais c'est pas grave parce qu'il y a des assassins qui font des cabrioles. Ce non-sens arrive à son apothéose lors d'une baston complètement conne opposant une cinquantaine de garde aux quatre descendants principaux, où à défaut d'utiliser leurs armes à feu, les bidasses se mettent à tirer des flèches avec l'armement arriéré de la salle.

Profitez bien de ces moments de grâce, parce qu'ils se comptent sur les doigts de la main
Profitez bien de ces moments de grâce, parce qu'ils se comptent sur les doigts de la main
Profitez bien de ces moments de grâce, parce qu'ils se comptent sur les doigts de la main

Profitez bien de ces moments de grâce, parce qu'ils se comptent sur les doigts de la main

La bande-son est en revanche honnête, poussive dans son côté arabisant, mais honnête. Je pense que le réalisateur est un amoureux de la licence, mais qu'il a été muselé dans ses choix. Sa vision est forte mais plombée par une démarche mercantile déplorant le talent du réalisateur ainsi gâché. Reste qu'à l'instar de Warcraft, tout cela annonce une suite, ah ah ah, snif... si c'est pour ruiner encore davantage une bonne licence de jeux-vidéo est-ce vraiment une bonne idée ?

Les amateurs de blockbusters et les fans de la franchise n'y verront sans doute que du feu (je sais d'ailleurs pas comment), les notes des spectateurs parlent d'ailleurs d'elles-mêmes (tout comme les geeks et les geekettes de sortie). Certains disent déjà que ouais, mais le film s'adresse aux gamers et aux gens qui ont suivi la franchise depuis ses débuts, donc vous pouvez pas comprendre vous les scribouillards de bureau bigleux et acariâtres. Sauf que je vois pas comment on peut fermer les yeux devant une chose aussi brouillonne. Même en étant fan, difficile d'apprécier un film aussi confus et manquant autant de finition. C'est fou quand même, comment on peut ruiner autant une franchise en moins de deux heures ? Suis-je bête, qui a dit que c'était par amour des fans ? C'est pour l'argent bien sûr...

Le court-métrage est meilleurs, ça va sans dire.

Publié dans Films, le coffre à bobines

Commenter cet article