Nerve (pour ados ricains frustrés)

Publié le par Corbeau Moqueur

Nerve (pour ados ricains frustrés)

Nerve, voilà un film que je n'attendais pas, que je n'ai pas vu sortir et pour couronner le tout que j'ai detesté. Que ce soit au niveau des personnages, de la bande son et du scénario, ce film présenté à tort comme un thriller n'a pratiquement rien pour lui. Pratiquement parce qu'il y a quelques effets astucieux dans la mise en scène, qui à défaut d'être innovants, sont bien fichus (les premiers plan du film et les passages filmés à travers les écrans). Pour les restes, il y a pas grand chose à retenir.

Nerve est basé sur les dangers d'Internet, les limites entre le jeu et la criminalité et toutes les conneries dramatisantes des médias sur le monde numérique. Alors pourquoi pas, ce genre de thématique marche en général plutôt bien, surtout que les réalisateurs ont eu l'intelligence d'utiliser le même langage que son public (adolescent) sans basculer dans la caricature; le problème c'est que peu de choses tiennent la route et surtout ça devient n'importe quoi au fil du film. Déjà, les personnages : insipides, pas attachants pour un sou et tout droit sorti d'un épisode de Community. Ils sont pratiquement à eux seuls la cause du naufrage, en plus de ça ils sont portés par une VF excécrable (il y avait plus la VO) qui me donnait des frissons rien que dans la bande annonce.

Pour faire simple les voix des filles sont ridiculement aigues et celles du sexe masculin bien trop wesh wesh sans raison. Sans compter que les personnages sont des clichés ambulants, entre le beau gosse, l'héroïne fragile et newbie (dont la psychologie est proche d'une moule), le copain geek présenté comme le puceau frustré, mais se révèle être un hacker de guedin parce qu'il va sur le darknet et la copine à la cuisse légère dont le seul but est de fourrer tous les mecs dans son pieu (ou sa chambre, un mur suffit quand on y pense), c'est un festival. 

L'intrigue met pas trop de temps à démarrer (- tu devrais prendre des risques - Ah oui ? Tiens toi bien je vais appuyer sur "entrée" - Vas-y. - Tu es sûr, je vais te battre - Vas-y ou je couche avec ton fantasme. - OK c'est parti, oooooouuuuuuiiiii c'est l'éclate !!), par contre qu'est ce que c'est chiant, nom d'un corbeau, j'ai failli partir au bout de 20 minutes tant c'est crispant. En gros, durant les 2 tiers du métrage, les personnages principaux font des défis de plus en plus intimes (pas dangereux, intimes) devant la communauté du jeu le plus dangereux du monde. Il faut patienter une bonne heure, avant que Micheline se dise que tout ça est un peu dangereux et que ce serait bien d'aller voir les flics, histoire d'apporter un peu de suspens. Un comble pour un film étiquetté "Thriller"...

Sans compter que c'est très surfait, le jeu Nerve en lui même ne tient pas la route : le hit du moment se limite à une ville et une soirée, la finale a lieu pile le soir où Micheline s'inscrit, l'engin est hautement illégal et aurait à mon avis déjà été la cible d'un certain nombre de cyber-attaque, c'est ce qui arrive d'ailleurs à la fin par le dark-geek et sa geekette... Les limites de la crédibilité volent en éclat lors du climax, où le film se met à loucher vers Running Man (le panache en moins) et nous balance un twist surfait et mal amené, pour nous garantir un joli Happy ending sur lever de soleil.

Non franchement c'est pas terrible, il y a bien des films ou des livres qui interrogent ce type de thématique de manière bien plus intelligente et/ou efficace (genre Eveil de Cetro, excellent bouquin bien cruel et violent ou The Game de David Fincher (culte !!)). Heureusement la bande son n'est pas totalement à jeter. Si les trois quarts de la B.O. sont des titres de pop, d'électronique ou de rock alternatif, la seule compo que j'ai retenu à des choeurs étonnament dramatiques comparativement à ce qui se passe à l'écran (la moto roule en centre ville = choeur mélancolique façon Dieu pleurant sur la Terre).

C'est pas raté puisque le public était visiblement conquis (le genre de public qui aurait gloussé tout le long d'un film d'horreur et qui était là scotché la bouche béate devant l'écran), mais franchement, il y a bien mieux.

Publié dans le coffre à bobines, Films

Commenter cet article