The Neon Demon & L'Idéal

Publié le par Mocking Crow

Le merveilleux monde artificiel de la beauté et des mannequins en deux films totalement opposés, sortis à une semaine d'intervalle.

The Neon Demon & L'Idéal

Abstrait, conceptuel, original, artificiel, présentation d'un nouveau parfum... je comprends vraiment pas pourquoi tout le monde s'est mis à tailler un piédestal en diamant à ce truc, tant c'est psychédélique et incompréhensible. L'idée était visiblement de pousser à l'extrême le symbolisme de  la beauté, l'individualisme, la perfection physique et j'en passe des meilleurs dans nos sociétés. Résultat, j'ai eu l'impression de visionner un looooong making of  d'un défilé de mode de Gareth Pugh sous acide.

Je suppose que ça fait partie de ces films qui tendent à nous interroger sur notre rapport karmique avec la société... oui... sauf qu'on parle de la mode là ! Pourquoi je ferai l'effort de m'intéresser à un monde aussi artificiel que celui des mannequins et de la beauté, où des gigolettes se crêpent le chignon en espérant devenir la plus belle et faire les plus beaux bébés de l'univers ?! C'est sans intérêt, mais visiblement beaucoup semblent être obnubilés par cette question ô combien centrale dans le monde actuellement, donc passons. En fait, le montage et l'esthétique de ce film est bizarre prétentieux, ni plus, ni moins. Le film accumule tous les poncifs du cinéma d'auteur qui veut se donner un genre sans y parvenir en nous balançant des ralentis insupportables, des couleurs à s'arracher la rétine, des trips psychédéliques sans queue ni tête, d'atroces instants de réflexion spéculative et de non-sens scénaristiques qui font classe à l'écran (le coup du puma). La signification de tous ce bazar : sniffer du détergent c'est mal, surtout lorsqu'on est cinéaste.

Autre point : Elle Fanning. J'apprécie plutôt bien cette actrice, que j'avais découverte dans Super 8 (comme tout le monde en fait), mais là... elle est juste pas tailler pour le rôle. Le personnage qu'elle incarne est censé être la perfection incarnée, la beauté ultime, l'étoile d'Afrique du Sud, le Golden Jubilée, le One Piece, bref un canon qui ferait bander même les pires misogynes. Pas de chance, avec sa petite tête sur son trop grand corps, ses oreilles décollées et son minois de goret, l'actrice donne juste l'impression d'être le cliché du gentil boudin qui n'a rien demandé. Et vous allez me dire que je suis méchant... bon d'accord c'est vrai je le suis, il n'empêche que la pilule pourrait passer si son personnage avait de la consistance et c'est pas le cas.

Aucun répondant, ni une quelconque forme de réparti, le personnage n'ouvre que rarement sa gueule durant les 2h de film (à moins de dire des platitudes de rigueurs) et possède un comportement que j'aurais bien aimé retrouver dans Alice de l'autre côté du miroir. Ah si, à la fin, elle finit par balancer un discours irritant au possible (je suis une salope et vous êtes des connes inférieures), qui a rendu la suite délectable à mes yeux. En plus de ça elle est obligée de se coltiner ses rivales squelettiques qui n'en veulent qu'à sa vertu et sa splendeur (à trop se mettre du concombre sur les yeux, on finit avec l'acuité visuelle d'un citron semble-t-il), notamment Jena Malone, en maquilleuse thanatopractrice nécrophile et lesbienne (et elle est capable de faire tout en même temps) paumée dans cette immensité de n'importe quoi.

Avec cette bande-son qui m'a en supplément vomi dans les oreilles, difficile pour moi de trouver des bons points à ce film (le générique ou Keanu Reeves peut-être ?), tant tout m'a paru aussi navrant que grotesque (le bonheur d'être une tête d'affiche c'est comme la drogue, ça rend accro). Je me demande encore comment ce film a pu déchaîner les passions de la presse et des spectateurs... ... ? Ah mais c'était pour le festival de Cannes, je comprends mieux maintenant.

Une affiche tout en finesse

Une affiche tout en finesse

Summum du non-goût et de la vulgarité, L'Idéal se situe aux antipodes du "Démon du LSD" tant dans son esthétique, que dans ses dialogues et sa mise en scène. Outre ses aspects, il souffre également d'un déséquilibre certain entre ce qu'il veut critiquer et ce qu'il montre. A l'instar du film précédent la mode et la beauté sont encore de la partie, avec des personnages aussi clichés que vulgaires et beaucoup trop d'humour gras et sexiste (femme = bonne à coucher). Le scénario... *sigh*, le scénario est tellement creux et débile que son réalisateur se sent obliger de nous mettre devant le nez deux paires de melons toutes les deux minutes, afin qu'on ne s'ennuie pas. C'est sûr que trouver la perle rare en pleine Russie poutinienne après un scandale mélangeant sexe, nazisme et martinet, c'était un peu ledge niveau scénario, mais le pire c'est que c'est basé sur un bouquin, celui du réalisateur pour être précis.

Bon, il faut déjà savoir que l'Idéal est la suite de 99 francs, sorti en 2007, réalisé par Jan Kounen et également basé sur un bouquin de Frédéric Beigbeder. Pour cet opus l'auteur se met derrière la caméra. Jolie tentative, sauf que Fred n'a pas le talent de Jan Kounen et s'écrase dans les poncifs racoleurs au possible (alors qu'il est censé vouloir dénoncer l'industrie conformiste de la mode). Ces derniers trouvent leur accomplissement dans une séquence psychédélique particulièrement hallucinante de mauvais-goût aux deux tiers du film, dans un manoir russe, régi par un obèse déficient croisé avec un babouin. Du grand art en quelque sorte. 

Note : le heavy metal de bourrin qu'on entend là est présent dans le film, dans la scène du manoir pour être précis.

Ceci étant, même si j'ai entendu très peu de rire dans la salle (aux 3/4 vides d'ailleurs), c'est toujours plus divertissant que l'autre machin épileptique, même si la direction d'acteur est bancale : Gaspard Proust est dans les nuages, Audrey Fleurot est bipolaire, Jonathan Lambert est en roue libre et les autres seconds couteaux en font des caisses (mention spéciale pour M. être déguisée en nazie, être soumise, se faire fouetter, on l'a tous fait (best réplique du film au passage)). Mouais, tout ça n'est pas bien convaincant. Après je sais pas, peut-être que le livre est génial, mais là le film n'est pas bon, clairement. Trop limité dans ses propos, il s'est en plus perdu en chemin et essaye péniblement de raccrocher les wagons dans les 15 dernières minutes avec du communisme et du féminisme outrancier.

Vulgaire ou abstrait, il faut choisir dans la mode.

Licence Creative Commons
The Neon Demon & L'Idéal du Corbeau Moqueur est mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale 4.0 International.

Jonathan Lambert (au centre) est euh... délivré

Jonathan Lambert (au centre) est euh... délivré

__________888888888888888888888888 
________8888:::8888888888888888888888888 
_______8888::::::8888888888888888888888888888 
______88:::::::::888:::8888888888888888888888888 
_____88888888::::8:::::::::::888888888888888888888 
____888 8::888888::::::::::::::::::888888888888888888 
____88:::::88888888:::::m::::::::::888888888888888888 
____888888888888888888::M:::::::::::8888888888888888 
____88888888888888888888::::::::::::M888888888888888 
____8888888888888888888888:::::::::M8888888888888888 
____ 8888888888888888888888:::::::M888888888888888888 
____8888888888888888::88888::::::M88888888888888888888 
___88888888888888888:::88888:::::M888888888888888888888 
__ 88888888888888888:::88888::::M;o*M*o;::8888888888888 
__88888888888888888:::8888:::::M:::::::::::::8888888888888 
_ 88888888888888888::::88::::::M:;:::::::::::::888888888888 
_8888888888888888888:::8::::::Maaa:::::::::::M888888888888 
_88_ 8888888888::88::::8::::M:::::::::::::::::::8888888888888 
88_88888888888:::8:::::::::M::::::::::;:::::::::88:88888888888 
8_8888888888888:::::::::::M::"a@@@aa"::::::8w888888888888 
_88888888888:888::::::::::M:::::"aaa"::::::::::M8i8888888888888 
8888888888::::88:::::::::M88:::::::::::::::::M88z88888888888888 
8888888888:::::8:::::::::M88888::::::::::MM888!88888888888888 
888888888:::::8:::::::::M8888888MAmmmAMVMM888*88888888 
888888 M:::::::::::::::M888888888:::::::MM88888888888888 
8888_ M::::::::::::::M88888888888::::::MM888888888888888 
888 _M:::::::::::::M8888888888888M:::::mM888888888888888 
_888_M::::::::::::M8888:888888888888::::m::Mm88888 888888 
_ 88_M::::::::::::8888:88888888888888888::::::Mm8_ 88888 
_ 88_M::::::::::8888M::88888::888888888888:::::::Mm88888 
_ 8 _MM::::::::8888M:::8888:::::888888888888::::::::Mm8 
___ 8M:::::::8888M:::::888:::::::88:::8888888::::::::Mm 
___88MM:::::8888M:::::::88::::::::8:::::888888:::M:::::M 
__ 8888M:::::888MM::::::::8:::::::::::M::::8888::::M::::M 
__88888M:::::88:M::::::::::8:::::::::::M:::8888::::::M::M 
_ 88 888MM:::888:M::::::::::::::::::::::M:8888:::::::::::::M: 
_ 8 88888M:::88::M:::::::::::::::::::::::MM:88::::::::::::::::M 
__ 88888M:::88::M::::::::::::*88*::::::::M:88::::::::::::::::::M 
__888888M:::88::M:::::::::88@@88::::::M::88:::::::::::::::::::M 
__888888MM::88::MM::::::88@@88::::::M:::8:::::::::::::::::::::*8 
__88888 M:::8:MM::::::::::::*88*::::::::M::::::::::::::::::::::88@@ 
__ 8888 _M::::::MM:::::::::::::::::::::::MM:::::::::::::::::::::::88@@ 
___888_ M:::::::MM:::::::::::::::::::::MM:M:::::::::::::::::::::::::*8 
___888__M::::::MMM:::::::::::::::::::MM:::MM:::::::::::::::::::::::M 
___88 __M::::::::MMMM:::::::::::MMMM:::::MM::::::::::::::::::::MM 
____88__M::::::::::MMMMMMMMMMMM:::::::::MMM:::::::::::::MMM 
____ 88__M::::::::::::::MMMMMMM:::::::::::::::::MMMMMMMMMM 
_____88 _8M:::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::MMMMMM 
_____8 _88M:::::::::::::::::::::::::::::M::::::M::::::::::::::MM 
_______ 888M::::::::::::::::::::::::::MM::::::MM:::::::::MM 
_______88888M:::::::::::::::::::::MMM:::::::mM::::::MM 
_______888888M:::::::::::::::::MMM:::::::::MMM:::::M 
______ 8888888M:::::::::::::::MMM:::::::::::MM:::::M 
______88 88888M::::::::::::MMM::::::::::::::M::::::M 
______8_88888M:::::::::::MM:::::::::::::::M:::::::M: 
_______ 88888:M::::::::::M::::::::::::::::M:::::::MM 
_______888888M:::::::::M::::::::::::::::::::::::::M:M 
_______888888M:::::::M:::::::::@::::::::::::::::M::M 
_______88888M:::::::::::::::::@@:::::::::::::::::M::M 
______ 88888M:::::::::::::::::@@@::::::::::::::::M:::M 
______88888M::::::::::::::::::@@::::::::::::::::::M::::M 
_____ 88888M:::::::m::::::::::@:::::::::Mm:::::::M:::::M 
_____8888M::::::::M:::::::::::::::::::::::MM:::::::M:::::::M 
____ 8888M::::::::M::::::::::::::::::::::MMM::::::::M:::::::M 
____888_M:::::::Mm::::::::::::::::::::MMM:::::::::M:::::::::M 
___8888_MM:::::Mm:::::::::::::::::::MMMM:::::::::m:::m::::M 
__ 888__M:::::::M::::::::::::::::::::MMM::::::::::::M::::mm:::M 
_8888__MM:::::::::::::::::::::::::::MM:::::::::::::mM:::MM::::M: 
______ M::::::::::::::::::::::::::::::M::::::::::::::mM:::MM:::Mm 
______MM::::::::m::::::::::::::::::::::::::::::::::::M::::MM:::MM 
_____ M:::::::::::M::::::::::::::::::::::::::::::::::::::M:::M:::MM 
_____MM::::::::::M::::::::::::::::M:::::::::::::::::::::M::M:::MM 
_____M:::::::::::::M88::::::::::::M:::::::::::::::::::::MM:::MMM 
_____M::::::::::::::8888888888M::::::::::::::::::::::MM::::MM 
____ M::::::::::::::::88888888M::::::::::::::::::::::::M:::::MM 
____ M:::::::::::::::::888888M:::::::::::::::::::::::::M:::::MM 
_____M:::::::::::::::::88888M:::::::::::::::::::::::::M::::MM 
_____M:::::::::::::::::::88M::::::::::::::::::::::::::::M::MM 
_____M:::::::::::::::::::::M::::::::::::::::::::::::::::MMM 
_____MM::::::::::::::::::M::::::::::::::::::::::::::::::MMM 
______M::::::::::::::::::M::::::::::::::::::::::::::::::MMM 
______MM::::::::::::::::M::::::::::::::::::::::::::::::MMM 
______ M::::::::::::::::M::::::::::::::::::::::::::::::MMM 
_______MM:::::::::::::M:::::::::::::::::::::::::::::MMM 
_______M::::::::::::::M:::::::::::::::::::::::::::::MMM 
_______ MM::::::::::::M::::::::::::::::::::::::::::MMM 
________M:::::::::::M:::::::::::::::::::::::::::::MMM 
________MM:::::::::M::::::::::::::::::::::::::::MMM 
________ M:::::::::M:::::::::::::::::::::::::::MMM 
_________MM:::::::M::::::::::::::::::::::::::MMM 
_________ MM::::::M::::::::::::::::::::::::MMM 
_________ MM:::::M:::::::::::::::::::::::MMM 
__________MM::::M:::::::::::::::::::::MMM 
__________MM:::M:::::::::::::::::::::MMM 
__________ MM::M::::::::::::::::::::MMM 
__________ MM:M:::::::::::::::::::MMM 
___________MMM::::::::::::::::::MMM 
___________MM::::::::::::::::::MMM 
__________ M::::::::::::::::::::MMM 
__________MM:::::::::::::::::::MMM 
__________MM:::::::::::::::::::MMM 
__________MM::::::::M::::::::::MMM: 
__________mMM:::::MM::::::::MMMM 
__________ MMM:::::::::::::::MMM:M 
___________mMM::::::M:::::::MM::M 
___________MM:::::MMMM::::::M::M 
___________ MM:::::MMM:::::::M::M 
___________ mM:::::MM::::::::M:::M 
____________MM::::MM:::::::::::MM 
____________MM::::MM:::::::::::::M: 
____________MM:::::M:::::::::::::::M 
____________MMM:::::::::::::::::::::M: 
____________ MMM:::::::::::::::::::::M: 
____________ MMM:::::::::::::::::::::M: 
_____________MMM:::::::::::::::::::::M: 
_____________MMM::::::::::::::::::::Mm 
_____________ MM:::::::::::::::::::::MM 
_____________ MMM:::::::::::::::::::MM 
_____________ MMM:::::::::::::::::::MM 
_____________ MMM::::::::::::::::::MM 
_____________ MMM::::::::::::::::::MM 
______________MM:::::::::::::::::MMM 
______________MMM::::::::::::::::MM 
______________MMM:::::::::::::::MM 
______________MMM::::::::::::::MM 
______________ MM::::::::::::::MM 
______________ MM:::::::::::::MM 
______________ MM:::::::::::::MM 
______________ MMM:::::::::::MM 
______________ MMM::::::::::MM 
_______________MM:::::::::::MM 
_______________MMM:::::::::MM 
_______________MMM:::::::::MM 
_______________ MM:::::::::MM 
_______________ MMM:::::::MM 
_______________ MMM:::::::MM 
________________MM::::::::MM 
________________MM::::::::MM 
________________ MM:::::::MM 
________________ MM::::::MM: 
________________ MM::::::M:M 
________________ MM::::::M:M 
________________ :M::::::::::M: 
________________M:M::::::::::M 
_______________ M:::M:::::::::M 
_______________M::::M:::::::::M 
______________ M:::::M::::::::::M 
______________M::::::MM:::::::::M 
______________M:::::::M:::::::::::M 
______________M;:;::::M:::::::::::M 
______________M:m:;:::M:::::::::::M 
______________MM:m:m::M::::::::;:M 
______________ MM:m::MM::::::::;:;M 
_______________MM::MMM:::::::;:m:M 
_______________MMMM MM:::::m:m:M 
___________________MM:::::::m:MM 
___________________ MM::::::MM 

____________________MM::MM

Vous avez quand même mérité une récompense pour être arrivé ici.

Publié dans le coffre à bobines, Films

Commenter cet article