Un homme à la hauteur (Christian Grey contre-attaque)

Publié le par Mocking Crow

Un homme à la hauteur (Christian Grey contre-attaque)

Diane est une Sim. Et comme tous les Sims, tomber amoureux en trois jours fait partie intégrante de ses gènes, même si son Roméo est un extraterrestre à la peau verte ectoplasmique ou, dans le cas présent, un mini-Sim. Mais la vie de Diane n'est pas exempte de casseroles, puisqu'elle partage son cabinet d'avocats avec son ex (et une pucelle hystérique), avec lequel elle a rompu 3 ans auparavant. En plus de lui renverser ses poubelles, le bougre lui passe des coups de fil aussi récurrents qu'incessants, c'est d'ailleurs au terme d'un de ces échanges éclatants, qu'elle fait la connaissance d'Alexandre :

Qui sérieusement a tenté une rencontre comme ça ?

Le film s'articule autour de cette improbable rencontre et la romance à deux balles entre Virginie Efira (qui m'a fait pensé à Jodie Foster durant toute la projection) et un Jean Dujardin naininsé, dont l'insistance de ses avances m'a beaucoup trop rappelé celle de Christian Grey, alors vous m'excuserez si le sous-titre aurait pu être parfait pour la suite de la saga tout en grisaille qui n'aurait jamais dû voir le jour, mais pour le coup ça collait pas mal avec le personnage. Parce que là aussi le harcèlement ne semble poser aucun problème dans la société, non tout le monde s'en astique copieusement le télescope ; à part Cédric Kahn (qui fait Bruno, le Sim revanchard aux allures de bûcheron), qui semble avoir une sérieuse dent contre les plus petits. Ce qui nous donne droit à un running gag insistant aux pléonasmes lourdingues sur la taille tout le long du film.

Si l'idée de départ était sympa, elle est juste un prétexte pour nous ficeler une comédie romantique convenue, saupoudrée de scènes longuettes et de moments de flottement gênants tant pour les acteurs, que les spectateurs (la scène de la boom, les blagues + la grimace). Le tout ponctué d'incohérences jusqu'à déboucher sur une séquence finale alambiquée avec un échange type j'ai mal au cou - et moi au dos, lol on est fait pour être ensemble - riez pas ou je vous claque. Bref il ne faut pas en attendre beaucoup, sinon c'est décevant et c'est pas un Jean Dujardin résigné qui va y changer quoi que ce soit (par contre la sosie française de Jodie Foster est vraiment pas mal). Ceci étant, si l'humour ne vole pas bien haut (oh ça va hein), j'ai quand même ri franchement durant deux bonnes séquences, mais comparativement au 1h40 de métrage, c'est peu... ce qui est en soi un problème de taille :)

Et puis merde, qu'est-ce que le cinéma français a avec le flou ?! Sérieusement, il y en a sur tous les plans, à tel point que les personnages donnent l'impression d'avoir pris une cuite carabinée, ou que le réalisateur a voulu tenter un plan composite, s'est ravisé et a masqué la magouille avec un effet instagram. Bref, c'est décevant, mais en même temps j'avais juste lu comédie romantique. Après ça peut rester crédible si vous partez du principe que vous êtes dans l'univers arriéré d'E.L. James ou que vous avez des Sims en face de vous.

Licence Creative Commons
Christian Grey contre-attaque du Mocking Crow est mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale 4.0 International.

Publié dans le coffre à bobines, Films

Commenter cet article