Le Livre de la Jungle (l'enfant qui murmurait à l'oreille des animaux)

Publié le par Mocking Crow

Le Livre de la Jungle (l'enfant qui murmurait à l'oreille des animaux)

Mowgli, jeune garçon remarquablement immaculé, recueilli par une panthère et élevé par une famille de loups, a maille à partir avec un gros tigre et un curieux serpent et doit en plus supporter un ours fumeur de haschich, venu s'immiscer dans son adolescence tourmentée... mais qu'est ce que je raconte moi, on s'en torche de l'histoire ! Tout le monde la connaît, d'une parce que les deux ouvrages de Rudyard Kipling (Le Livre de la Jungle et Le Second Livre de la Jungle) ont déjà vibré dans vos oreilles, de deux vous connaissez forcément la version de Disney et de trois, le film est sorti il y a maintenant un mois, donc vous l'avez forcément vu.

C'est tardif je sais, j'ai d'ailleurs vu ce film il y a deux semaines, mais j'ai pas eu le temps d'en parler. Puisque vous avez vu et aimé (ou, comme moi, pas) le film d'animation de Disney,  ça tombe bien, parce que cette nouvelle version est en quelque sorte une adaptation live (très différente de la version de 1994, à laquelle vous avez déjà pu goûter... et qui était d'ailleurs pas mal dans mes souvenirs brumeux), réalisée par Jon Favreau ("le réalisateur d'Iron Man", dixit l'argument marketing). Moi qui n'aime pas Disney ça partait mal, mais ça s'est arrêté là. Parce que putain c'est beau, visuellement je parle. La photographie est réussie, la jungle magnifique et puis c'est un film conçu pour la 3D, tant la profondeur de champ est travaillée (même si j'ai vu le film en 2D, je peux vous garantir que l'effet de profondeur se ressent quand même sur bien des plans). Je suppose qu'en 7.1 l'immersion ne serait que plus grande, mais on a vraiment l'impression d'être dans la jungle et ça c'est un bon point.

Ne vous fiez absolument pas au doublage français de la B.A. qui n'est pas du tout le même que dans le film.

Niveau scénario, c'est pas très profond, mais ça reste sympathique et se suit tranquillement (oui, je suis de bonne humeur), même si je suis rentré difficilement dans le délire des animaux parlants durant les 10 premières minutes. En revanche, côté acteur(s), j'ai eu du mal à savoir durant tout le métrage si le seul humain du casting jouait super bien la naïveté et la pureté ou si son jeu est tout simplement mauvais mécanique. Une sale impression sans doute renforcée par la VF, mais tout de même, j'ai eu l'impression de voir une bûche monologuer durant certains passages. Pour les animaux ça se voit moins, du fait de leur anatomie et du bon travail des doubleurs (à part Gray) ou plutôt des acteurs derrière la motion capture. En V.O. on a quand même droit à Ben Kingsley et Bill Murray ! 

Pas mal, nous on doit se contenter de Lambert Wilson et d'Eddy Mitchell. Eddy Mitchell qui, quand j'ai été voir le film, était partout : avant la séance (découvrez ou redécouvrez le concert d'Eddy Mitchell dans vos cinémas le je sais plus quand... la ferme !), durant la séance et après la séance (Boogie woogie, pas de boogie woogie... découvrez ou redé la ferme !). Et durant c'est pas peu dire, puisqu'il incarne le roi Louie et nous dédie une comédie musicale durant 3 bonnes minutes, au moins les singes ne sont plus forcément doublés par des noirs dans les Disney maintenant, voilà qui change et WTF une comédie musicale !!?? C'est la marque de fabrique de Disney, oui, mais dans des films ?! Vous imaginez si dans Pirates des Caraïbes les acteurs se mettaient à tous nous casser les oreilles durant les pourparlers ?! En plus évidemment ça arrive à la one again, on sent juste un petit crescendo instrumental derrière et paf, c'est le boogie woogie du roi Louie. Mais bon, je pense que les fans (de Disney) auraient fait un scandale si The Bare necessities ne figurait pas dans la tracklist, donc on nous en a fichu une autre, pour pas que ça fasse tâche.

A part ça, bonne B.O., classique mais efficace et (très) bon film, j'en suis moi-même surpris tant la narration et l'enchaînement des évènements est nickel et ce, malgré un twist facile et un combat final sans queue ni tête (j'ai pas du tout compris ce qu'il cherchait à faire avec son arbre à liane en plein brasier). Bien au-dessus de mes attentes depuis l'annonce de ce reboot photoréaliste, explorant la psyché morbide de la jungle dans une ambiance drôle et dark (Whoa, on dirait du David Lynch... c'est cool, mais j'ai rien compris ; gardez cet esprit-là si vous voulez, tant que ça donne des films comme ça).

Licence Creative Commons
Le Livre d'Iron Man du Mocking Crow est mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale 4.0 International.

The Piano Guys ont d'ailleurs déjà fait leur petite reprise

Publié dans le coffre à bobines, Films

Commenter cet article