Paranormal Activity 5 Ghost Dimension (les aventures de Toby, 5ème prise)

Publié le par Mocking Crow

Paranormal Activity 5 Ghost Dimension (les aventures de Toby, 5ème prise)

La même chose et on reprend... ou presque

Les found footage ont définitivement la côte cette année, après The Visit, sorti deux semaines plus tôt et la future catastrophe ambulante Baby sitting 2 en décembre, le dernier opus des Paranormal Activity débarque 10 jours avant Halloween. Mais s'il y a bien une chose dont on est sûr avec la série des Paranormal Activity, c'est que plus le chiffre qui suit est grand, plus la qualité se détériore. C'est pour ça que je m'attendais à saquer salement le dernier en date. Malheureusement ce ne sera pas si facile que ça, le film ayant beaucoup de défauts, mais aussi quelques qualités évidentes.

Pour ceux qui ne connaissent pas les Paranormal Activity, ce sont des films tournés initialement avec un budget serré, suivant la technique de la caméra à l'épaule. Si le premier était une très bonne surprise (à tel point qu'il possède 3 fins, à donner naissance à la copie ultra fauchée de chez Asylum et une bande desssinée), le deuxième, reprenant les mêmes ficelles, l'était moins, sans pour autant être mauvais. C'est à partir du troisième que tout a commencé à partir en sucette, si beaucoup le considèrent comme le plus intéressant, balancer une histoire de sorcellerie et de culte satanique n'était pas franchement convaincant. Mais on a véritablement touché le fond avec le 4ème opus, qui n'apportait rien, ne servait à rien et tentait de séduire un public adolescent avec une lourdeur éléphantesque. A cet opus a suivi un spin-off, baptisé The Marked ones, que je n'ai pas vu, mais qui apparemment est loin d'être un chef d'oeuvre. Tout le contraire du "portage" japonais (Tokyo Night), qui dispose d'un scénario et des personnages inédits et qui est de loin le mieux foutu.

La version fauchée de Paranormal activity (si si): prise de son dégueulasse, cadrage encore plus amateur et jeu d'acteur surréaliste

Ah oui, pour éviter la redondance, chaque épisode apporte une nouvelle technique de filmage, dans le premier le personnage principal se trimballait avec une lourde caméra à longueur de temps, sans que rien ne le justifie. Dans le deuxième on fait la même chose, mais on ajoute des caméras de surveillance fixe. Opus suivant, toujours le vieux caméscope et les caméras de surveillance, mais cette fois les caméras sont rotatives. 4ème film, on vire les caméras de surveillance et on prend une webcam et un smartphone pour faire djeun. 
Le 5ème (Ghost dimension je parle) est beaucoup plus novateur: on retourne aux origines, à savoir une caméra unique, mais on lui ajoute une dimension spirite. Vous l'avez compris, la caméra permet de voir la dimension fantôme et par conséquent les esprits. Pour mieux marquer le coup, les éléments paranormaux bénéficient d'un effet 3D extrêmement réussi. En fait c'est le seul film du genre qui justifie la 3D et l'utilisation abusive d'une caméra, celle-ci permettant aux protagonistes de voir le démon. Et c'est une première dans Paranormal Activity, Toby est pour la première fois visible ! Pas comme une simple ombre ou une trainée sur la pellicule, mais bien comme une entité à part entière. Et il faut avouer que le bougre est bien fichu et ce grâce à des effets spéciaux très réussis. On est bien loin du premier opus avec ses 13 500 dollars de budget, cela va sans dire. 
Par contre la 3D à un retour de manivelle: la qualité d'image en pâtie. Lorsque le démon est visible, l'image est baveuse et pas franchement agréable, voire douleureux pour les yeux par moment. Mais bon, il faut admettre que l'effet obtenu à un certain cachet.

 

Comme d'habitude le trailer contient un paquet de scènes que vous ne verrez jamais dans le film.

Scénario capillotracté et explications religieuses abracadabrantesques

Si maintenant vous n'avez vu aucun des Paranormal Activity, inutile d'aller voir celui-ci qui est intrinsèquement lié aux trois premiers, enfin surtout au 3ème en fait. Pour être précis, le film commence là où le 3ème film se termine (signe qu'à l'instar de Dragon Ball GT, le 4ème n'a jamais existé) et contient de nombreux parallèles plus ou moins crédibles avec celui-ci. J'ai dit plus ou moins parce qu'on sent que les producteurs n'avaient jamais prévu d'aller aussi loin, c'est pour ça qu'ils essaient de faire des liens un peu n'importe comment. La fin est bourrée de moments crétins et de non-sens surréalistes: notre fille est née le 6 juin 2005, comme Hunter, donc 666. C'est un signe. (???) Je ne peux m'empêcher également de souligner l'une des nombreuses débilités du scénario de la dernière nuit: deux protagonistes reviennent dans la maison qu'ils avaient quitté en catastrophe la veille, y passe toute la journée et la nuit venue, entendent des bruits bizarres ; mais plutôt que de prendre leurs jambes à leur coup, ils décident de s'enfermer dans la maison pour chercher la cause du bruit ! 

En fait, dès les premières minutes, ça sent déjà le repompé: une nouvelle famille, une maison déjà-vue, donc forcément liée aux précédent opus et une caméra et des VHS découvertes dans une malle (qui a dit Sinister ?). En plus de ça, on doit supporter l'humour lourdingue des frères Luigi et Mario passés en mode dude bro pour l'occasion et les remarques sur la stabilité du karma de la princesse Peach qui essaie vaille que vaille d'expliquer les parasites de la caméra. Ouais, bon, à part Toby, les personnages sont stéréotypés et pas franchement attachants. D'ailleurs parlons-en du démon, visible pour la première fois, il passe son temps à passer rapidement devant la caméra, lambiner dans les différentes salles de la maison et grandir. Grandir pour devenir une silhouette pas franchement rassurante, une sorte de croisement entre un Death Eater de Harry Potter et le Cerbère de Lost (vous savez la fumée noire polymorphe).

Pour la première fois on a une explication quant à ses intentions, en fait elles tiennent en deux mots: la vie. Oui, vous avez bien lu, il veut juste devenir vivant, se dôter d'un corps matériel pour... en fait on n'en sait rien, même si un démon incarné dans notre monde ne doit pas forcément être là pour fêter Halloween entre amis autour d'une bonne soupe au potiron. Pour ça, le sang de deux enfants innocents doit être versé et d'autres trucs bizarre comme un pentacle et un culte satanique, ou je sais plus quelle connerie pseudo-biblique. Parce que non content d'avoir un scénario creux, le film s'enlise dans des explications religieuses invraisemblables et va même jusqu'à tenter une extermination de démon (mieux qu'un exorciste). Si la séquence est bien faite (sans être crédible pour autant), elle soulève beaucoup d'interrogations. Pourquoi ne pas l'avoir fait plus tôt ? Et comment diable fonctionne cet imbécile de démon ? 
C'est bien simple, il peut déclencher des séismes, arracher le coeur d'un humain ou l'attraper et le balancer à travers les pièces, mais il préfère amadouer une gamine insupportable durant les deux tiers de chaque métrage avant de se décider à tuer tout le monde ?! Mais pourquoi !??
Alors oui, on a bien une pseudo explication par un prêtre qui se contente de dire aux protagonistes de ne pas paniquer, puisque plus on craint un démon et plus on prend en compte sa présence, plus il devient puissant. Mouais, pas convaincant, puisqu'il déclenche un séisme dans le trois au bout de 10 minutes de film.

Celui que vous attendiez tous: Toby, encore fragile mais c'est lui.

Celui que vous attendiez tous: Toby, encore fragile mais c'est lui.

Convenu, insatisfaisant et radin

Comme les deux premiers avaient un budget très limité, il n'y avait, entre autre, pas de musique. Ici on fait pareil, ce qui fait que le film se clôt par une fin pas du tout satisfaisante, (pompée sur Rec) et très sèche: écran noir puis réalisateur, acteurs... le tout dans le brouhaha des spectateurs et rien d'autre. Spectateurs une fois encore très wesh-wesh, avec une mentalité de gamin de 5 ans et un Q.I. de moule, parce qu'une fois encore peu de personnes savaient se tenir: un jumpscare (effet Paranormal Activity 4 ?), Hii j'ai peur et hahaha c'est drôle et blablabla on en discute durant 30 secondes. *Sigh* Et ça prend des airs offusqués après la fin du film, en marmonnant que ça ne faisait pas peur et que ça n'avait aucun sens. *Double Sigh*
Au passage, comme le scénario, les jumpscares sont prévisibles au possible et reprennent pour la plupart les recettes utilisées dans les précédents volets, si bien que franchement il n'y a que la 3D qui surprendra.

Et dire que le réalisateur et les producteurs disaient apporter toute les réponses aux mystères de la saga... on a effectivement l'essentiel: on sait à quoi ressemble le démon, on sait ce qu'il veut, on sait grosso modo ce qui est arrivé aux deux soeurs... Mais (car il y a un mais), comment ces deux là se sont-elles retrouvées séparer ? Comment leur maison a-t-elle brûlée ? Qu'est-il arrivé à l'ordre des sages femmes (sic) ...? Trop de questions en suspens qui ne trouveront soi-disant jamais leurs réponses (la fin laisse place à une ouverture ?!), le producteur principal a affirmé que cet opus est le dernier... On y croit, même si je crois plutôt au QYEAPYEAE.

 

Licence Creative Commons
Cette critique du Mocking Crow est mise à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale 4.0 International, elle vous informe aussi que le dernier sigle est un proverbe français signifiant qu'une chose est inépuisable.

Peut-être que ça aurait dû être la véritable affiche ou peut-être est-ce celle du prochaine épisode ?

Peut-être que ça aurait dû être la véritable affiche ou peut-être est-ce celle du prochaine épisode ?

Publié dans le coffre à bobines, Films

Commenter cet article