Le nouveau stagiaire (ou la nouvelle Emilie a pris du galon)

Publié le par Mocking Crow

Le nouveau stagiaire (ou la nouvelle Emilie a pris du galon)
  • Date de sortie: 7 octobre 2015
  • Réalisateur: Nancy Meyers
  • Acteurs principaux: Robert De Niro, Anna Hathaway, Anders Holm, Rene Russo...
  • Compositeur: Theodore Shapiro
  • Genre: Comédie
  • Nationalité: américain
  • Durée: 2h
Durant tout le début du film je me suis demandé si le doubleur de De Niro n'était pas le même que celui de Neslie Nielsen. Il faut avouer d'ailleurs que sur certains plans les mimiques prêtent à confusion.

Durant tout le début du film je me suis demandé si le doubleur de De Niro n'était pas le même que celui de Neslie Nielsen. Il faut avouer d'ailleurs que sur certains plans les mimiques prêtent à confusion.

Ce sera plus court que d'habitude, non que le film soit mauvais, loin s'en faut, juste parce qu'il est classique, niais et bon enfant, mais que l'on passe un bon et beau moment.
Déjà première chose, le film aurait pu tout aussi bien s'appeller le stagiaire de la nouvelle Prada ou la nouvelle Emilie a pris du Galon tant Anne Hathaway a exactement la même personnalité que dans vous savez quoi. Bon d'accord j'ironise un peu beaucoup, on est bien loin du côté satyrique de la comédie dramatique sur le monde de la mode par excellence et grisé par le succès du Diable s'habille en Prada, Lauren Weisberger a fini par chier une vraie suite en 2013 sous le doux nom de la Vengeance en Prada. Suite qui a choisi l'option de la facilité et n'a visiblement pas eu le même succès que son prédécesseur, l'adapatation cinématographique n'est donc pas prêt de voir le jour, pas de chance.

Dans ce qui s'apparente beaucoup a une fausse suite, Anna Hathaway a fondé sa propre boîte vendant des vêtements de mode sur Internet et rencontré un succès retentissant. L'entreprise Comme un gant carbure à la nitro et se permet donc de tenter l'expérience des stagiaires seniors, à laquelle un certain Ben Whittaker (Robert De Niro) répond présent avec engouement et va progressivement changer le quotidien surchargé de sa patronne.

Le moins qu'on puisse dire c'est que c'est drôle (avec The Visit c'est la tournée en ce moment). Le choc des générations fonctionne à merveille, les personnages sont sympathiques et les acteurs efficaces. Le duo Hathaway (aux yeux de biche éternellement larmoyants), De Niro (tout en justesse et en sobriété) fonctionne à merveille. Celui-ci permet même à sa fille adoptive (Drena) de faire un passage à l'écran.

Le film n'a rien de transcendant, on le regarde, on rit bien et on passe à autre chose. Que ce soit au niveau des personnages ou des dialogues téléphonés c'est du classique mais sympathique. Même la musique ne tente rien: abusant massivement de cadences plagales et d'accords parfaits majeurs, la B.O. est traditionnelle mais bien calée. Dès les premières notes d'ouverture, on n'imagine déjà la voix d'un narrateur nous contant sa jeunesse ou ses jours paisibles au potager, quand BLAM ! Robert De Niro amorce une présentation de son personnage avec chaleur sur une scène de yoga au milieu d'un parc.
Non vraiment que du classique, pourtant qu'est ce que c'est agréable, on ne se prend pas la tête et on ne s'ennuie pas une seconde (bon point pour un film d'une durée de 2h). Un film qui rend de bonne humeur et
qui, en ce qui me concerne, arrive pile au bon moment.

 

Licence Creative Commons
Cette critique du Mocking Crow est mise à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale 4.0 International

Publié dans le coffre à bobines, Films

Commenter cet article