Gantz, les films (Alors mauvais ou non ?)

Publié le par Mocking Crow

Gantz, les films (Alors mauvais ou non ?)
Gantz, les films (Alors mauvais ou non ?)

Gantz au commencement

  • Date de sortie: 29 janvier 2011 (février 2012 en France)
  • Réalisateur: Shinsuke Sato
  • Acteurs Principaux: Kazunari Ninomiya, Kenichi Matsuyama, Yuriko Yushitaka...
  • Compositeur: Kenji Kawai
  • Genre: Action, Science-Fiction
  • Nationalité: Japonais
  • Durée: 2h05

Gantz: The Perfect Answer

Tout pareil, si ce n'est la date de sortie en avril 2011, les deux films ayant visiblement été tournés d'une traite. Evidemment il y aussi quelques tronches en plus.

Un manga, deux films, résultat ?

Soyons francs d'entrée de jeu, si vous ne connaissez pas Gantz vous apprécierez probablement ces deux films, en revanche si vous connaissez ad minima ou pire, que vous êtes fans, soyez indulgent.
En étant totalement ignorant de l'univers du manga, ce sont justes deux films d'action desservis par de bons effets spéciaux avec une histoire d'amour à deux sous, rien de transcendant en somme. Maintenant en visionnant ces deux trucs en toute connaissance de cause, c'est... comment dire ? Déjà c'est édulcoré, pas tant au niveau des combats qui ont un peu préservé la violence du manga. Non je parle ici de la violence morale, complètement inexistante. Les premières trames du manga donnaient le ton: le héros associale Kei Kurono envoyait paitre le troisème âge dans la station de métro pour mieux avoir le temps de mater son magazine porno, tandis que les badauds étaient tout excités de voir un ivrogne se faire déchiqueter sous la rame du métro. Ici, rien de tout ça, à la place on a un gentil lycéen, totalement insipide et des badauds prêt à porter secours à n'importe quel inconnu. Voilà, mis à part Nishi qui reste un psychopathe en puissance, tout les gantzers sont des êtres altruistes. Si c'est pour faire un film grand public, c'est réussi, malheureusement on est très loin de l'univers sombre et violent du manga.

 

La fine équipe

La fine équipe

Fidèle mais trop lite

​Première tentative du réalisateur Shinsuke Sato, si le film suit le plus fidèlement possible les aventures de Kei Kurono, il manque cruellement de pêche (sans compter l'edulcoration du manga). La faute non pas à la réalisation, mais plutôt aux codes traditionnels du cinéma. Dans le manga, que ce soit les combats, les dialogues ou les situations tendues tout s'enchaine sans temps mort. Ici, eh ben, force est de constater que les personnages ne démarrent pas au quart de tour, j'en veux pour preuve la deuxième mission, face au martien Tanaka, où Kurono met deeeessss heures à se décider à sauver un Nishi en fâcheuse posture. Monsieur fait la causette à ses partenaires incertains de la conduite à tenir face à cette situation, tandis que les cris de Nishi s'éternisent en arrière plan. Lamentable, on a juste envie de passer à travers l'écran, de secouer les personnages et de leur crier de réagir, bordel de merde !

Bon je ne vais pas non plus cracher sur la soupe, puisque le film a le mérite de reproduire assez fidèlement le début du manga, c'est à dire les trois premières missions. Enfin les trois premières missions, oui, mais pas trop violent, faudrait pas effrayer les piti nenfants. Si la première mission est plutôt bien retranscrite, malgré l'utilisation quelque peu hasardeuse de la combinaison de Gantz, on dirait qu'il y a eu du changement dans l'équipe technique, parce que les effusions de sang sont très rares après ça. La deuxième mission se limite donc à un martien point barre (et non une vingtaine + le boss), tandis que la troisième qui est un véritable carnage dans le manga se contente d'un Nio, d'un Kannon ridiculement faible (12 bras et 12 épées, pas de lasers ou de régénration non certainement pas, vu les reflexes des personnages, en 2 secondes le film est terminé) et d'un buddha géant. Du changement encore dans les missions avec une acquisition des armes simplifiée et un timer inutile: passées les 20 minutes... Gantz remet 20 minutes, sérieusement ?! A quoi sert le timer alors ? Pas de bombe dans la tête non plus et l'invisibilité ? Bah on s'en fiche les zones sont vides, une chance non ?

Voilà tout ça ce sont une partie des incohérences techniques vis-à-vis du manga, que les non-connaisseurs ne remarqueront pas. Pour ce qui est des personnages, si on tente de faire abstraction de leur droiture, le film est très fidèle au manga et se permet de développer la relation entre Kato et Kishimoto.

Saurez-vous deviner les futures victimes du casse pipe ?

Saurez-vous deviner les futures victimes du casse pipe ?

Inventif mais incohérent

Deuxième essai, cette fois avec un scénario totalement original. La particularité de ce film est d'exploiter l'univers de Gantz pour créer un scénario nouveau. Bon d'accord, l'histoire est inédite mais louche assez étrangement sur le manga en se permettant de reprendre quelques moments clefs de celui-ci sans se soucier de la cohérence du l'ensemble.
Son scénario prend donc place 7 mois après les événements du premier opus (résumé dans les premières minutes du film), Kurono et Taé vivent à présent ensemble et ont décidé de veiller sur Ayumu, le jeune frère de Kato. Tandis que Kurono se rapproche des 100 points (en effectuant des missions qu'on ne verra jamais), de nouveaux ennemis font leur apparition prêt à tout pour se débarrasser de la grosse boule noire et de son armée personnelle. D'un autre côté une mini sphère noire fait son apparition, tandis qu'un détective enquête sur l'existence de Gantz et des disparitions inexpliquées.

S'inscrivant dans la deuxième partie du manga, on retrouve les vampires (même si le termes n'apparaît pas une seule fois de tout le film) et un certains nombre de personnages présents dans le manga, cette fois dans un contexte bien différent. Ce deuxième volet s'appuie sur l'univers du manga, mais n'est nullement une adaptation. A la différence du premier volet où certaines scènes du manga (et de l'animé) sont reprises à l'identique, cette suite développe de nouvelles relations entre les personnages, introduit un nouvel ennemi (encore que...) et possède une fin inédite par rapport au manga. L'ennui c'est que cela ne se fait pas sans lourdeur et incohérences, à commencer par des flashs back malvenus et cette maudite edulcoration de l'univers de Gantz. Ensuite le scénario en lui-même est bardé d'incohérences, c'est simple on nage complètement dans le flou, surtout sur la fin, déjà pourquoi la petite amie de Kei Kurono se trouve être la cible de tout le casting ? Pourquoi  Hikawa le mystérieux chef des vampire est une vraie tanche dans le film ? Pourquoi les combinaisons ne servent à rien ? Pourquoi le detective tourne en rond en voiture, durant toute la durée de l'affrontement de la seconde mission ? Pourquoi autant d'incohérences ? Le film partait bien, mais plus le scénario avance plus l'objectif final du film est incompréhensible, tout ça pour aboutir sur un face à face ultra fumeux et incompréhensible, un comble lorsqu'on voit le titre...

D'ailleurs restons dans le pays des incohérences: l'invisibilité des gantzers peut aller se brosser, l'utilisation d'armes devant les badauds n'a aucune incidence, tandis que les capacités des combinaisons sont totalement inexploitées, parce qu'à part sauter haut et courir un peu plus vite, elles se tranchent comme de la soie et ne servent qu'à boudiner les acteurs.

Hikawa c'est le narcoleptique du milieu, la fille je suppose que c'est Chiaki

Hikawa c'est le narcoleptique du milieu, la fille je suppose que c'est Chiaki

Les mêmes mais dans le manga, no comment

Les mêmes mais dans le manga, no comment

A voir avant de lire le manga

Même si cela peut donner de fausses idées quant à la teneur du manga. Si les films ne peuvent pas plaire aux fans du manga, peut-être ont-ils plus de chance du côté des néophytes. Curieusement j'ai bien aimé le second opus, plus dynamique (notamment une très bonne scène d'action dans le métro) et original que le premier, même si je suis loin d'avoir compris la "réponse" quant à l'existence de Gantz ou de la présence d'extra-terrestre sur Terre. A noter que le titre français de ce deuxième film s'intitule Gantz Revolution, mais - comme dans Divergente d'ailleurs - révolution de quoi ?
Le premier, bien que fidèle est trop mou et trop lite à mon sens, après c'est une bonne mise en bouche du manga. 

Moralité, ne boudez pas le manga quoi qu'il arrive, il est bien supérieur à ces deux films.


Licence Creative Commons
Cette critique du Mocking Crow est mise à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale 4.0 International

Publié dans le coffre à bobines, Films

Commenter cet article