Diamond in the Firepit (Soleil, cuir et coolitude absolue)

Publié le par Mocking Crow

So 80's

So 80's

  • Date de sortie: 2 mai 2014
  • Groupe: Brother Firetribe
  • ​Album: Diamond in the Firepit
  • Style: Hard Rock; Hard FM
L'été bat son plein et peut-être en avez-vous assez des singles du moment et de toutes ces chansons pop ou techno crachées par des kékés roulant à tombeau ouvert dans vos bourgades plus ou moins fréquentées.
C'est mon cas, d'où la petite entorse à l'esthétique du site, trop sombre pour un album 100 % Hard FM. Chaussez donc vos lunettes de soleil, grimpez dans votre twingo, malaxez votre volant en lançant la musique plein tube et laissez vous emporter dans une ambiance 80's ultra-kitsch, mais tellement rock'n'roll. Bref des chansons qui transpirent la joie et la bonne humeur aux refrains facilement mémorisable et aux paroles simplettes. Fans de la complexité, passez votre chemin, voici le troisième album de Brother Firetribe: Diamond in the Firepit.

 

Du Hard FM hein ?

Ouaip, tout juste l'ami, du Hard FM, ne fuyez pas encore, restez et testez, après tout ce genre fait partie intégrante de l'histoire du rock, alors pourquoi le bouder si injustement ? Pour ceux qui ne connaissent pas, le Hard FM désigne toute les chansons s'apparentant au monde du Hard rock, Heavy-Metal ou encore (et surtout) du Glam Metal, et qui ont rencontré un gros succès commercial, à tel point que ces chansons se sont retrouvées diffusées sur les grandes ondes. Le Glam Metal est pratiquement le porte-étendard de ce genre de pratique, d'où le surnom de Metal commercial ou de Pop Metal. Vous devez surement connaître Quiet Riot, Poison, Twisted Sister ou Europe (It's the Fi-nal Count-downnnnn !) 
 
Pourtant le syndrome Hard FM a également touché d'autres genres, à commencer par le Hard-Rock avec Still Loving You de Scorpions au succès intersidéral, le Heavy-Metal (Trash Metal) avec Enter Sandman de Metallica... Bref beaucoup de styles ont leur gros succès et pourtant dès qu'il y a réussite commercial, les morceaux sont souvent boudés, comme si les chansons ne s'adressant plus seulement à la communauté du Head-banging ne pouvait conserver un degré de professionnalisme... Cliquez ici et vous aurez quelques surprises.
 
Les beaux gosses de Brother Firetribe

Les beaux gosses de Brother Firetribe

Parfois la simplicité à des bienfaits

Bien, après ce petit point culture, deux phrases sur le groupe, puis place à l'album. Ils sont finlandais, se sont formés en 2002, leur chanteur à déjà une petite carrière avec le groupe de Power Metal Leverage, tout comme le guitariste au nom bien connu sur ce blog. Inutile de prendre les albums dans l'ordre, l'essence de leur musique est peu ou prou la même: remettre au goût du jour un son plus très frais au bout de 30 ans, et remastériser l'énergie du rock des années 80.
Comme ses deux prédécesseurs le son est toujours aussi pêchu (oh yeah !), la guitare saturée comme on l'aime aux solos mélodique bien mielleux, les claviers toujours omniprésents et encore plus cheapos que dans Van Halen et enfin la voix toujours aussi puissante, balançant des airs faciles à retenir.

 

L'album comporte 12 titres, parmi lesquels au moins 9 d'entre eux donnent une sensation de légéreté et de bien-être propre aux musiques des années 80. C'est agréable, ça fait headbanguer comme un demeuré, mais nom d'un corbeau, la sauce prend et diablement bien ! Seul reproche, une certaine lassitude au bout d'un moment, les titres finissant invariablement par ce ressembler à la première écoute, la faute à une même harmonie trop sur-exploitée et à des techniques beaucoup trop répétées. Mais pas de quoi noircir un tableau si lumineux, on passe un bon moment et les musiques restent. Parmi celles-ci on retiendra Love is not enough, Far away From Love, For Better and For Worse (tout est dans le titre), Edge of Forever, Trail of Tears et The Winner Takes it all. Bon la liste est très subjective, dans les faits la qualité est maintenue tout le long de l'album, même si l'énergie est un peu en-deça du début dans les dernières chansons.
Bien, mettez votre Twingo au garage, éteignez la radio et profitez dès à présent de la vie, au fond c'est pas si mal l'été en musique non ? 
 
Licence Creative Commons
Ce(tte) critique est mise à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale 4.0 International

Niveau tonus, le single de l'album précédent reste en haut du podium

Commenter cet article